Informations pratiques sur la couverture santé des voyageurs

Vous avez trouvé et organisé le séjour de vos rêves dans les moindres détails, mais avez-vous vraiment pensé à tout ? Que ce soit pour un week-end prolongé à Copenhague ou un séjour de 2 semaines en Jordanie, omettre la question de la couverture santé de votre préparation serait une erreur, qui peut être couteuse. Quelles sont les options de couverture santé des voyageurs ? Comment fonctionnent-elles ? Quelle assurance choisir ? Voici quelques conseils pratiques pour voyager en toute sécurité.

Voyageurs et couverture sécurité sociale

La couverture Sécurité Sociale et les soins à l’étranger 

Il est tentant de penser que la Sécu couvre nos frais de santé en toutes circonstances, y compris à l’étranger. Le retour à la réalité se fait souvent le jour où une demande de remboursement est refusée.

L’assurance maladie vous couvre en dehors de France, dans le cadre de séjours ponctuels de 90 jours consécutifs maximum, et pour des soins urgents ou inopinés uniquement. La Sécu n’a aucune obligation de remboursement et il n’y a pas d’avance de frais possible.

Si vous recevez des soins à l’étranger, il faudra régler votre facture et faire la demande de remboursement à votre retour en France, via l’espace dédié Ameli.fr et le formulaire S3125e. A savoir, le remboursement se fait sur la base de remboursement France. Les soins de santé étant souvent plus élevés à l’étranger, le reste à charge peut être important.

Il y a cependant une distinction à faire entre les soins reçus en Europe et hors Europe.

La Carte Européenne d’Assurance Maladie – CEAM 

Lorsque vous séjournez ponctuellement en Europe y compris au Royaume-Uni), vous pouvez bénéficier des prises en charge de la Sécu locale via la CEAM. La Carte Européenne d’Assurance Maladie est dispensée gratuitement par la Sécu, et se demande via votre espace client Ameli.fr.

Il convient de présenter la carte chez les prestataires de santé du secteur public pour être pris en charge selon le barème local (soins gratuits, avec ou sans reste à charge). Attention, si vous consultez dans le secteur privé, ou si la carte CEAM n’est pas recevable, vous devez régler la facture et demander le remboursement à votre retour en France.   

Les soins de santé couverts sont uniquement les soins médicalement nécessaires et urgents. Les soins de prévention ou programmés ne sont pas pris en charge (sauf cas spécifiques avec accord Sécu). Si vous avez des traitements en cours, pensez à les emporter avec vous, votre médecin peut vous délivrer une ordonnance « longue durée » dans le cadre de votre voyage. Une trousse à pharmacie avec les médicaments de base devrait toujours faire partie de vos essentiels de voyage. 

Les assurances voyage et leur fonctionnement

Assurances CB et voyagistes 

L’assistance rapatriement est un indispensable surtout hors UE. Vous pensez que vous disposez automatiquement de cette option avec votre carte bancaire, mais savez-vous ce qu’elle couvre et comment ? Pour en bénéficier, il faut avoir réglé votre voyage avec votre CB, s’assurer que la carte ne périme pas durant le séjour, vérifier la durée de couverture autorisée (maxi 90 jours) et les plafonds.

La couverture varie selon les banques : plafonds annuels, options de responsabilité civile ou annulation, franchises, etc. Renseignez-vous bien sur les termes de votre contrat en amont. La limite la plus importante à connaître est celle relative aux frais médicaux. En effet, sachez que si l’assurance CB peut faire une avance de frais en cas d’hospitalisation, elle vous en réclamera le remboursement.

De même, la décision de rapatriement revient au médecin conseil de l’assurance et n’est pas automatique. Une couverture rapatriement désigne la prise en charge des frais de transfert/transport utiles vis-à-vis d’un état de santé, mais aucunement celle des frais de santé. Tout dépendra de votre contrat. Pour palier aux limitations, l’assurance voyage multirisques est une bonne alternative.

Assurances voyages et multirisques

Nombreuses sont les propositions d’assurances voyage au moment de réserver votre séjour. Ces assurances sont optionnelles, ou obligatoires pour les PVTistes ou pour l’obtention de certains visas par exemple. Le grand avantage par rapport à une assurance CB sera la couverture des frais médicaux et hospitalisation en plus du rapatriement, de la RC et des options éventuelles annulation, bagages, …

La souscription d’une assurance voyagiste nécessite d’être faite dans les 48h de la réservation du séjour, vol ou logement, vis-à-vis des garanties annulation de vol notamment. La souscription d’une assurance voyage multirisque peut se faire à tout moment, de préférence avant le départ pour éviter les délais de carence éventuels. La durée du contrat est libre entre 15 jours et 12 mois maximum.

Les frais médicaux sont couverts dans le cadre d’une urgence médicale, d’un accident ou d’une maladie inopinée. Les frais de santé liés à des conditions médicales préexistantes (antécédents) sont systématiquement exclus de tous les contrats type voyage et rapatriement. Les soins de prévention ou de confort sont également exclus, par exemple une visite de contrôle chez le dermatologue ou le kiné.   

L’assurance voyage rembourse généralement les factures santé au 1er euro (sans intervention Sécu) sur la base de 100% des frais réels (selon plafonds), et peut organiser la prise en charge directe des frais d’hospitalisation. Les demandes de remboursements se font par application mobile ou en ligne. Selon les besoins des assurance spécialistes PVT, globetrotter, USA ou options sports sont disponibles.

Ces assurances seront vos meilleures options pour voyager serein, en particulier pour tous séjours de plus de 3 mois à l’étranger. En cas de conditions médicales spécifiques ou séjour de plus d’1 an, souscrire une assurance voyage peut s’avérer dangereux, une assurance expatrié sera recommandée (cf. : https://www.international-sante.com/assurance-voyageur-etudiant/conseils/avant-souscrire/ ).

Les assurances santé pour voyageurs longue durée et expatriés

Couverture santé des voyages d’un an et plus 

Pour les voyageurs qui s’expatrient une année ou plus, vous aurez compris qu’il faudra avoir recours à une assurance santé pour couvrir vos frais de santé, qu’elle soit locale ou internationale. Votre régime de Sécu français ne pourra plus rien pour vous, à moins d’avoir un statut de travailleur détaché. Le site du CLEISS est un bon outil pour aider à déterminer quel statut vous aurez à l’étranger.

Les Globetrotters et voyageurs multi-destinations pourront souscrire une assurance voyage de 12 mois qui leur permettra de bénéficier d’une couverture monde entier, et de les couvrir dans autant de pays que nécessaire.  

Les expatriés, travailleurs ou sans activité, qui s’installent à l’année dans un pays en particulier se verront dans l’obligation de se conformer aux obligations locales. Quand l’assurance maladie du nouveau pays de résidence n’est pas accessible immédiatement ou assez limitée (au secteur public ou à certains soins), l’assurance santé expatrié est une bonne alternative.

L’assurance expat internationale couvre tous types de frais de santé selon ses besoins, sans limitation à l’urgence ou accident, y compris la maternité par exemple. Les antécédents médicaux peuvent être inclus après étude du questionnaire de santé (via une majoration de tarif). Ces contrats santé sont à reconduction tacite pour plus de sécurité et vous permettent de continuer d’être couverts en France.

Les assurances expat peuvent être souscrites avant le départ ou sur place. Au 1er euro : l’assureur est le seul à intervenir dans les remboursements, ou en complément CFE (Caisse des Français de l’Etranger), selon vos préférences et besoins. Les tarifs peuvent vite être élevés en fonction de vos besoins, un comparateur peut vous aider à trouver la bonne formule, pensez aussi à consulter les assureurs locaux.

Le statut particulier des indépendants, freelances, digital nomades :

Lorsque vous exercez une activité professionnelle à l’étranger, même si c’est depuis votre ordinateur, n’oubliez pas que vous n’êtes plus un simple touriste. Indépendant, freelance, digital nomade, il est primordial de faire le point sur votre statut à l’étranger : un visa de travail peut être requis ainsi que l’affiliation au régime social local (selon la durée de votre présence sur place).

Avec l’explosion du travail en ligne et la nouvelle mobilité des travailleurs, de nombreux pays ont choisi de vivre à l’heure du numérique et proposent à présent des visas « Digital Nomad ». Ces derniers sont plus accessibles que les visas de travail. Ils permettent d’inscrire l’activité professionnelle en ligne dans un cadre légal. La durée de ces visas et leur reconduction varient selon les pays.

Attention, les visas « Digital Nomad » ne sont pas gratuits pour autant. Ils requièrent certaines garanties, notamment en termes de couverture santé ou de revenus. Une assurance santé sera le plus souvent obligatoire. Dans ce cas, une assurance voyage conviendra parfaitement, à moins que la durée de séjour soit d’un an et plus, et qu’une assurance santé expatrié soit plus adaptée à la situation.